Halt and Catch Fire est une série télévisée américaine en quarante épisodes de 42 minutes créée par Christopher Cantwell et Christopher C. Rogers, diffusée sur AMC.

Dans le nuage de séries télévisées : Halt and Catch Fire, l’un des objets les plus excitants, ambitieux et méconnus de ces dernières années. La série tourne autour d’une équipe de marginaux qui tentent de révolutionner le monde de l’informatique, mais aussi autour de l’idée de la concurrence sauvage, déloyale et destructrice.

Elle ne se consomme pas d’un œil à moitié distrait ou avec un cerveau en quête de satisfaction immédiate. Les personnages gardent farouchement leurs secrets, se retranchent constamment derrière leurs masques, et l’histoire résiste à la success story classique.

La série commence dans le Texas dans années 80 avec l’arrivée de Joe MacMillan (Lee Pace, charisme de bête sauvage à peine dressée). Personnage mystérieux, ambitieux, arriviste, il prend en otage la petite entreprise de Cardiff Electric pour créer le premier ordinateur personnel face au géant IBM. Il emmène avec lui Cameron (Mackenzie Davis, la révélation de la série), une programmeuse de génie et rebelle dans l’âme, et Gordon Clark (Scoot McNairy, fantastique derrière la sobriété), un ingénieur prisonnier de ses échecs passés. La femme de Gordon, Donna (surprenante Kerry Bishé, qui gagne au fil des épisodes en profondeur), sera peu à peu happée par le trio.

Par la suite, et au fil des épisodes et des saisons, les protagonistes affrontent les différentes révolutions technologiques, qui, au tournant des années 1980-1990, vont transformer l’ordinateur personnel, dépassant sa vocation utilitaire originelle, en un engin multitâche, de plus en plus compact et rapide, explorant les débuts de l’interconnexion grâce à la mise en place de l’internet, les débuts de la numérisation, du rendu vidéo en couleurs, etc.

La série de Christopher Cantwell et Christopher C. Rogers reste un objet puissant et profond, d’une ambition et d’une finesse impressionnantes. C’est parce que la pulsion d’autodestruction est aussi puissante chez les personnages que celle de la création que Halt and Catch Fire est une série passionnante, qui marque les esprits. C’est aussi parce qu’elle est raffinée, filmée et mise en musique avec soin, interprétée par des acteurs brillantissimes, écrite avec une précision remarquable, qu’elle ne doit pas être oubliée.

SourceEcranlarge.com