Kid Francescoli se forme en l’an 2000, sous l’impulsion de Mathieu Hocine, non seulement leader du groupe, mais également grand amateur de foot, de l’O.M., et fan de cet Uruguayen surnommé “Le Prince“. Ce dernier travaille depuis plusieurs années avec Julia Minkin avec qui il co-écrit les chansons.

Kid Francescoli connait le succès à partir de 2013 à l’occasion de la sortie de son troisième album,  With Julia, marqué notamment par le titre Blow up et son clip, un petit court-métrage. With Julia, c’est d’abord l’histoire d’une rencontre amoureuse : celle de Mathieu Hocine (Kid Francescoli) et de Julia Minkin. C’est aussi l’histoire d’une complicité musicale, née à New York grâce à l’entremise d’amis communs. C’est enfin l’histoire d’une rupture, celle qui a donné naissance à ces neuf morceaux drôlement futés, empreints de mélodies pop, de spleen léger, de folktronica voluptueuse et d’orchestrations synthétiques.

Ce mélange des genres, c’est d’abord dans Blow up que Kid Francescoli et Julia Minkin le mettent en œuvre, maniant aussi habilement le chant raffiné que la ritournelle accrocheuse. Avant de se faire plus sophistiqués et de dresser par la même occasion des ponts imaginaires entre les arrangements luxueux de Air et les symphonies baroques d’Ennio Morricone (Italia 90). Ou comment deux petits cœurs brisés donnent envie d’être heureux pour la vie.

Le quatrième et dernier album sorti en 2017, Play me again, confirme cette réussite à travers notamment une nouvelle tournée européenne. Enfin, la musique de Kid Francescoli a été utilisée pour des spots publicitaires de grandes marques. Play me again est dans la continuité de With Julia. Le cadre a changé, ce n’est plus New York mais Marseille ; la love story est terminée, mais s’est transformée en une liaison musicale complice et une forte proximité artistique. Ce qui marque cet album est la diversité de styles des chansons proposées.

Kid Francescoli en quelques mots c’est : le Sud, les collègues, les plages de sable chaud, pieds dans l’eau, les filles en bikini (ou les mecs avec la même dégaine, la classe), sans oublier le verre de pastaga à la main.

SourceLesInrocks.com